Pieds nus dans le parc (le soleil pour témoin)

20140223-084019.jpg

Souvent les samedis, rituel immuable qu’importe la saison, je traverse le Grand Parc au retour d’une balade en centre ville-rose, chemin-retour vers la maison.

Des chemins, il en est plusieurs, plus ou moins urbains, plus ou moins bucoliques, carrossés, cabossés, de tous celui-ci demeure mon préféré, en hiver, en automne, au printemps ou encore en été.

Ma préférence à moi, sous les canopées majestueuses, les fécondes et exubérantes frondaisons urbaines.

L’Astre-Roi illumine de son arrogance le ciel par dessus les toits,

La brise encore glacée accompagne mes pensées, vagabondes et nostalgiques.

Mon esprit se plaît à imaginer, réflexe pavlovien comme je traverse ce jardin, un temps jadis, quelque part entre guerres napoléoniennes et Art Nouveau, aux prémices d’un siècle tout juste né, les mêmes scènes idylliques d’une fin de semaine espérée, à la beauté champêtre et pastorale, les balades familiales et dominicales de nos ancêtres, un peu moins connectés, un peu moins encombrés de gadgets à l’obsolescence programmée. A ces détails près, le spectacle est immuable, aujourd’hui comme en 1900, en un mot comme en cent, promenades dans un jardin botanique, improvisés pique-niques, au pied de mille et une espèces historiques, au son d’un paon fanfaron, pieds nus dans le parc, le soleil pour témoin.

Territoire sacré de la célébration familiale, amour et filiation sur un piedestal, exposés à tous, main dans la main avec leurs chérubins, papa, maman et une poussette, Quentin à la pêche aux canards, Maman patientant sagement à « Ma P’tite Planète », quasi lobotomisée par un Chantal Goya survitaminé déversé par quelques enceintes de mauvaise qualité.

Héritage patriarcal s’il en est, j’ai moi-même usé il y a longtemps déjà ma part de fond de culotte sur les barquasses bariolées de l’Escarpolette, la bien nommée. A l’époque, comme se plaît à me le rappeler Papa, officiait là, au milieu des jonquilles et des dahlias, entre Demoiselles et Busca, Victor un célèbre primate. Certains prétendent même y avoir croisé ours et phoques, au mépris de toute logique urbaine.

Un peu solitaire, de cet endroit naîssent en moi joie et tristesse, le coeur tour à tour enivré par les essences fleuries, les fronts et les nuques graciles des statues sur mon parcours, le fouillis des feuillages savamment embrasés, puis serré, meurtri, flêtri, par la vue de ces passants et de leur progéniture, multiple et gambadant à tout va, au milieu des jonquilles et des dahlias, entre Demoiselles et Busca, hordes pacifiques mais incontournables, tsunamis d’1 metre 10, dévastant coeur et âme, le no man’s land de la femme inachevée, inaccomplie, ébauche en suspens, visions martyres pour une vie en devenir.

La poitrine endolorie, dans ma tête, les mots du Merveilleux Météque, célébrant le retour à la vie d’une fin d’hiver. La promesse d’un bel horizon, d’un hiver qui s’efface, la fin d’une saison.

Moi j’attends les Eaux de Mars,
La promesse de la vie, Le mystère profond,
Dans [mon] coeur tout au fond,
C’est un peu rien du tout,
C’est tout ce qu’on attend,
C’est tout ce qui nous reste.

Publicités

21 thoughts on “Pieds nus dans le parc (le soleil pour témoin)

  1. Le printemps montre le bout de son nez…
    C’est magnifique… si un jour tu viens à écrire tes mémoires, je serai une de tes premières fans, avec dédicace bien sûr !
    Bon courage pour cette attente

    • Fichtre, j’ai déjà du mal à écrire ma vie, cahin-caha, alors rédiger mes mémoires ! 😉 Mais merci beaucoup pour ton gentil commentaire et à très bientôt j’espère… On a passé un bon moment mercredi dernier, dommage que tu n’aies pu être là… Bon courage à toi aussi… Des bises.

    • Eventuellement, si tu me trouves d’autres (nombreux) abonnés prêts à s’acquitter d’une dîme me permettant de rester à la maison pour écrire toute la journée (sans cela, je crains que le temps de cerveau disponible que m’octroie La Mine ne me permette pas d’être suffisament prolifique) 😉 Merci beaucoup ❤ et bises à toi aussi.

  2. Très beau texte!!! Bon, en ce moment, il pleut des cordes, mais vraiment jusque là on y était au printemps, à ce printemps si attendu et pas pour les températures ;-). Allez, J-10, le compte à rebours est lancé et je compte avec toi :-). Grosses bises

  3. Je loupe tous tes articles simplement car j’avais oublié de te mettre dans ma team du blizzard. (en étant persuadée de l’avoir fait) Marde… surtout qu’ils sont si beaux et bien écrits. Désormais que l’erreur est réparée tu peux compter sur moi par ici 🙂
    Doux bisous

    • Merci beaucoup Zelda… La blogosphère est vaste et parfois tel des petits poucets nous nous y perdons 😉 Je viens justement d’aller faire un tour sur ton blog et j’aime beaucoup beaucoup ton dernier billet sur le mois du Dieu de la Guerre. Trés jolis ces mots 🙂 Bisous pré-printaniers.

  4. Ce jardin… Je crois le reconnaître, c’est celui dans lequel je fais mon footing, le cœur souvent serré devant ces images de bonheur familial qui semble inaccessible pour nous… Évitant les horaires les plus « à risques » donc courant plutôt entre midi et deux le we quand les marmailles mangent et laissent courir en paix la nullipare désolée… Ce jardin dans lequel je vais revenir ce we, reprenant le footing abandonné il y a 3 semaines pour cause de stim avec son ventre gonfle et douloureux et surtout après d’embryons à ne pas secouer. J’avais alors rangé mes affaires de footing le cœur léger en me disant que ce n’était pas de sitôt que je reprendrais, au printemps prochain sans doute… Mais non me voilà condamnée à repartir galoper, le cœur serré et l’amertume au cœur, condamnée à contempler le bonheur des autres au pied des balançoires et des canards mangeurs de pain sec… Et moi courant pour ne pas voir, pour accomplir mon petit rituel sportif habituellement source de bien être, mais aussi peut être pour fuir cette vie mécanique qui ne ressemble plus ni à celle que j’étais avant la pma ni à ce que je souhaiterais vivre désormais…Apo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s