Temps à nouveau

J3.

L’appel tant redouté, attendu, espéré, projeté, imaginé, a été, comme souvent, mi-figue mi-raisin. Rien de tranché, pas de « youpi, on y va », pas de larmes de ça-s’arrête-là, mais des prolongations pour 72 h.

On renvoie la décision à une date ultérieure. J5 en l’occurence.

Mardi.

Chaque heure passée nous éloigne de ce jeudi dernier, rend l’idée d’un aboutissement plus floue.

On continue à regarder nos grigris, à effectuer nos rituels, l’image-éprouvette définitivement ancrée dans nos esprits, même s’ils autorisent à vagabonder pendant cette parenthèse où tout reste encore possible.

Tout se passe désormais hors de nos corps. Notre biologie est délocalisée, dans un labo froid et blanc.

Alors on fait marcher nos esprits, on incante, on prie, on positive, on méthode-coué.

On se prend à rêver.

Une voix à peine connue, rassurante et bienveillante, soeur d’arme du combat de la procréation, te rassure, te dit ces angoisses à elle.

Un lien se tisse, celui de ceux qui ont un jour partagé la même peine et qui rend leur regard définitivement différent.

Celui qui attend.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s